brice laccruche alihanga, dc d'ali bongo @TI

« Depuis Rabat au Maroc, Ali Bongo tient les manettes du Gabon », dixit Brice LACCRUCHE ALIHANGA !

Dans un entretien accordé au média français « Les Echos », Brice LACCRUCHE ALIHANGA, le directeur de cabinet de la Présidence gabonaise a répondu aux questions socio-économiques, sans oublier le sujet d’actualité le plus commenté et le plus évoqué : l’état de santé d’Ali BONGO ONDIMBA.

Répondant à la question sur l’aspect social, le directeur de cabinet n’a pas souhaité accorder de l’importance aux propos tenus par l’opposant politique Jean PING, qui a décrit la situation sociale du pays comme étant « les pires turbulences » de l’histoire de cette nation. Pour Brice LACCRUCHE ALIHANGA, la priorité est ailleurs. La modernisation du pays, reste d’une importance capitale à laquelle les gabonais doivent tous s’atteler.

L’interrogation sur la périphérie économique du pays a permis au directeur de cabinet d’Ali BONGO d’annoncer les perspectives mais également d’évoquer la situation «d’endettement, de recettes insuffisantes…». Bien d’insuffisances qui n’ont pas facilité la croissance économique et l’édification du pays. S’agissant des prêts improductifs, Brice LACCRUCHE ALIHANGA a rassuré en évoquant une stabilité économique passant notamment par une meilleure harmonisation entre le FMI et nous.

Après avoir fait le tour, Brice LACCRUCHE ALIHANGA a enfin tenu à répondre à la question sur l’état de santé du Président qui reste à l’heure actuelle m,  un sujet très brûlant au sein de l’opposition gabonaise, qui s’interroge sur la gravité de la maladie de ce dernier, sur la vacance de pouvoir qui n’est toujours pas prononcée, après deux mois d’absence du Président. Pour le directeur de cabinet, « le fait que le chef de l’État ne soit pas au Gabon n’empêche nullement à celui-ci de gouverner »;  il a rajouté: « il a subi une épreuve difficile mais celle-ci est derrière lui désormais». Pour Brice LACCRUCHE ALIHANGA, les décisions importantes qui seront prises viendront taire les rumeurs sur la gravité de la maladie, et sur l’incapacité d’Ali BONGO ONDIMBA, à pouvoir toujours être aux commandes. Qui vivra verra… 

Times Infos 

Carel OKAYE.




error: Content is protected !!