kevazingo au gabon @TI

Exploitation illégale du Kevazingo au Gabon : à Lambaréné, deux exploitants aux arrêts !

Un exploitant forestier véreux et son complice condamnés par le tribunal de Lambaréné.

BOUNDZANGA Séverin alias Warren, 47 ans, de nationalité gabonaise et Huang CHUANYONG, de nationalité chinoise et âgé de 41 ans, ont comparu le 27 Décembre 2018 devant le Tribunal de première instance de Lambaréné pour répondre des faits d’exploitation sans titre, d’exploitation d’une essence mise en réserve (Kevazingo), de non présentation de documents de documents techniques et comptables et d’entrave volontaire à l’accomplissement des devoirs des agents de l’administration des Eaux et Forêts. 

Les deux protagonistes avaient été interpelés le 03/12/18 par des agents de la Direction provinciale des EF du Moyen-Ogooué et ceux de la police judiciaire. 

Tout était parti d’une alerte donnée par le préfet du département de l’Ogooué et des lacs concernant un convoi de 6 grumiers chargés de Kévazingo et qu’il avait croisé la vieille, aux environs de 23 heures à la sortie d’EZANGA- MOREL et PROM (axe Lambaréné-Fougamou). 

Gardés à vue à la PJ après leur interpellation,  sieur MABILA et son complice seront déférés devant le Procureur de la République. Celui-ci va les placer sous mandat de dépôt avant d’être jugés le 27/12/18.

Durant l’audience,  les deux individus tenteront de nier les faits mais c’était sans compter sur la ténacité du président audiencier, du représentant du ministère public et de l’avocat de la partie civile (les Eaux et Forêts) qui, par des interrogations pertinentes vont parvenir à mettre à nu la responsabilité des deux prévenus. Ces derniers finiront par avouer être à la tête de cette exploitation illégale ayant entraîné l’abattage de 13 pieds de Kévazingo, une essence actuellement mise en réserve. 

C’est donc fort de ce qui précède que le tribunal a rendu son verdict ce jeudi 03 janvier 2019 en condamnant MABILA BOUNDZANGA SÉVERIN et HIANG CHUNYONG à 6 mois d’emprisonnement dont 3 avec sursis et à 1 000 000 de francs CFA d’amende. En outre, ils ont été condamnés  à payer la somme de 5 000 000 de FCFA chacun à la Direction Provinciale des EF du Moyen-Ogooué, au titre des dommages et intérêts. 

Times Infos

Par CJ.




error: Content is protected !!
WhatsApp chat