Gabon: Boulimie à l’éducation nationale !

    Le retour des enseignants et la problématique des bourses scolaires, sont les deux facteurs qui ont poussés les élèves de lambarené et de port gentil, Moyen-Ogooué et l’Ogooué-Maritime, de se mettre de façon unanime sur les rues desdites villes du Gabon, observant une marche Pacifique ce lundi 20 février 2017, qui a malheureusement tourné au vinaigre entre les forces de l’ordre et les élèves en question. 

     

    Depuis ce matin de lundi 20 février,  les deux villes du Gabon cités ci-dessus traversent une crise des élèves qui manifestent le mécontentement sur la non reprise des cours par le manque des enseignants qui ne partent plus en classe pour dispenser les cours aux élèves et, de la bourse scolaire qui ne tombe toujours pas jusqu’à lors.

    Une marche dite Pacifique a donc ponctuée les arcanes desdits élèves pour les causes très connues à ce jour.

    «nous on marchait tranquillement mais, les policiers ont bombardés des GAZ lacrymogène sur nous pour chasser,  c’est ce qui a valu cette effusion de sang de la jeune élève de classe de terminale du lycée d’État de Port Gentil», a indiqué une élève .

    Selon des sources qui restent vérifiables, il ressort de cette marche dite pacifique des élèves manifestants , qu’il y aurait des infiltrés, « c’est assez étrange mais, il y eu dans cette affront, des élèves qu’on ne connaît vraiment pas, ce sont eux en principe qui ont jetés les projectiles sur les policiers,  ce qui a causé le fait que les agents de force de l’ordre nous chargent en bombe lacrymogène pour disperser les foules», nous a confié une autre élève de la foule.

    Le système scolaire au Gabon semble sous perfusion, l’on se pose un nombre important des questions sur le véritable jeux orchestré par le Ministre Florentin Moussavou qui cause un frein à la reprise des cours mais également, sur la situation des enseignants et des bourses scolaire.

     

    Le chef de l’État Gabonais se doit alors de revoir cette gangrène qui met un stoppe à l’excellence éducative. Le secteur de l’éducation au Gabon est dans doute un dossier qui ne trouve toujours pas des solutions adéquates au regard de l’impuissance du ministre en charge de l’éducation nationale au Gabon.

     

    Où se situe donc le rôle des conseillés du chef de l’État qui eux aussi, semblent ne pas faire correctement leur travail de rendre compte au patron de l’exécutif qui n’a pas la science infuse sur tout ce qui se passe sur le terrain.

    La problématique reste entière. ..

    Hervé Agondjo




    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Content is protected !!