des éléphants en pertes de vie @timesinfos2

Gabon : Des ivoires de 9 éléphants tués, saisis !

    32 morceaux d’ivoire. Une belle prise pour ce début d’année. La lutte contre le trafic d’ivoire a marqué un grand coup avec la saisie de cette cargaison et l’arrestation de trois personnes d’origine ouest-africaine.

    Ce mercredi dernier, Moanda (département de la Lebombi-Leyou) a conforté sa place de plaque tournante du trafic d’espèces protégées dans la province du  Haut-Ogooué

    Moins de deux mois après l’interpellation de deux trafiquants de peaux de panthère, trois individus ont été arrêtés en possession de 16 pointes d’ivoire sectionnées en 32 morceaux et d’une pointe entière. Cela correspond au nombre de neuf éléphants tués. Un massacre en la situation actuelle des éléphants menacés d’extinction.

    DIAWARA HAME, de nationalité malienne, KOROKOSSE Ibrahim et TRAORE Makancira, tous deux de nationalité gabonaise, ont été pris en flagrant délit.

    trafiquants @timesinfos2

    les trois trafiquants d’ivoire d’éléphant @timesinfos2

    Enquêtant depuis plusieurs mois, la Police d’investigations Judiciaires de Franceville a eu la confirmation qu’une transaction était prévue le 10 janvier dans la ville minière. Elle s’est donc employée à mettre sur pied  une équipe mixte composées des agents de la PJ, des Eaux et Forets de Franceville et d’un juriste de l’ONG Conservation Justice.

    L’équipe va se déporter dans la localité pour confirmer ou infirmer la véracité de l’information. les investigations menées rapidement dans la ville vont conduire les agents à appréhender les trois trafiquants alors qu’ils procédaient à la transaction des pointes d’ivoire.

    Questionné sur l’origine du produit, le nommé DIAWARA HAME va optera pour le mutisme tandis que ses complices, KOROKOSSE Ibrahim et TRAORE Makancira vont affirmer n’avoir aucun lien avec la transaction. Étonnant.

    Mieux ils vont dire ne pas connaitre le nommé DIAWARA HAME. Comment donc se sont-ils retrouvés sur une même affaire? Question.

    La saisie des trophées effectuée, les mis en cause vont être conduits par les agents dans les locaux de la PJ à Franceville. Aux premiers interrogatoires, aucune information n’exfiltrera. Finalement, DIAWARA HAME reconnaîtra les faits sans dénoncer d’autres complices. L’enquête en dira certainement davantage.

    Mais rapidement, le nommé KOROKOSSE Ibrahim aidé dans sa démarche par son oncle, le Sieur KOROKOSSE GAGNY, vont proposer une somme de 400 000 FCFA aux agents pour la libération du trafiquant. Ceux-ci vont saisir ce montant et le délit de tentative de corruption vient ainsi se greffer à celui de détention et commercialisation des trophées d’une espèce intégralement protégée qui leur était déjà reproché. Ils vont ensuite être placés en gade à vue en attendant la suite à donner à la procédure.

     

    Times Infos

    Par M.S.