Dr Nicole Assélé @DR

Gabon : Selon le Dr Nicole Assélé « cette cabale n’est qu’un coup de pied dans l’océan » !

Victime dans les colonnes de certains médias réputés de l’opposition du pays, le Dr Nicole ASSÉLÉ, directeur générale de la caisse nationale de sécurité sociale du Gabon, qualifie cet acte comme étant celui des vautours en manque de repères et de proies, pour assouvir leur faim tant cultivée au quotidien. Pourtant, contrairement à ce qui s’est dit, il s’agirait tout simplement de l’intox visant à dépeindre et à salir sa confiance, auprès des plus hautes autorités. 

A l’évidence, le Directeur Général de La CNSS, manager rigoureux et assidu a, comme tous les lundis, dirigé ce 03 février la réunion hebdomadaire de son cabinet, à la quelle participent l’ensemble de ses conseillers et chargés d’études. Tous, à la lecture de cet article de M. MOULENDA vendu au marché de puces intitulé : ‘’Nicole Assélé arrêtée en France avec 2 millions d’euros dans ses sacs’’, se sont étonnés du pouvoir d’ubiquité de l’ancienne internationale et capitaine de la sélection nationale de handball, capable de se retrouver à la fois en trois endroits différents et dans un laps de temps relativement court.

Les faits plutôt que des vues de l’esprit

Tous les membres de la délégation gabonaise et autres témoins de l’événement à Montpellier, peuvent en effet témoigner de la présence effective du Dr Nicole ASSELE aux obsèques de feu Pierre Edouard VALENTIN, beau-père de son cousin Ali Bongo Ondimba, vendredi 1er et samedi  02 février dernier. Montpellier que Le Directeur Général de la CNSS avait rallié jeudi 31 janvier, après avoir rempli une mission d’ordre professionnel à Paris, en compagnie de certains de ses plus proches collaborateurs. 

Dr Nicole ASSELE a regagné Libreville sitôt après les funérailles, dimanche 03 février 2019, par le régulier de la compagnie Air France, arrivé dans la capitale gabonaise autour de 19 heures. 

En considération de l’agenda ci-dessus décliné, la question qui vient immédiatement chez les esprits lucides, est celle de savoir à quel moment donc le Directeur Général de la CNSS a fait l’objet d’interpellation par les services de douane  et surtout d’une arrestation par la police française ? Si ce n’est une vue de l’esprit, M. MOULENDA, peut-il être plus explicite sur le centre de détention où se trouve actuellement Madame ASSELE et des suites réservées à cette affaire par la douane et la Police françaises ?  

D’autre part, on peut s’étonner de ce que le Directeur Général de la CNSS soit en état d’arrestation en France sans qu’il n’y ait la moindre notification officielle de la police française près la représentation diplomatique du Gabon à Paris, ni même la moindre réaction des fondés de pouvoir à Libreville ? 

En journalisme, les faits sont sacrés et les commentaires, libres. C’est le principe sacro-saint dans cette discipline encadrée par des codes et des techniques incontournables. Mieux encore, l’investigation est un genre journalistique qui requiert rigueur et minutie. D’où la sentence partagée dans toutes les vraies rédactions, évidemment pas à ‘’Matin d’Afrique’’ : « Qui n’a pas mené d’enquête, n’a pas droit à la parole ».

Au chevet de la CNSS

Il a été mentionné plus haut que l’étape de Montpellier constituait la partie civile du séjour français du Directeur Général de la CNSS, qui avait commencé quelques jours plutôt par un agenda strictement professionnel. A la tête d’une délégation de haut-niveau de la CNSS, constituée du Directeur des Prestations Techniques, du Directeur de l’Immatriculation et du Recouvrement et du Conseiller en Communication, Dr Nicole ASSELE  a en effet eu des discussions avec les responsables de HUMANIS, un groupe français qui intervient notamment dans le domaine de la protection sociale, aussi bien pour le compte des entreprises qu’au bénéfice des particuliers et travailleurs indépendants.

Ces  discussions ont essentiellement porté sur les conditions d’une plus grande lisibilité des flux d’informations et des données entre la France et le Gabon, mais surtout d’une diligence plus affirmée dans le traitement et le paiement des pensionnés et rentiers CNSS installés en France et dans certains pays d’Europe.  

Au cours de ce séjour parisien, le DG de la CNSS a également conféré avec les responsables de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) de France, respectivement représentées pour la première par son Sous-directeur des Risques Professionnels, Sébastien Martin et pour la seconde par sa Directrice, Camille AUDREN.

Et là encore, les esprits lucides peuvent se demander comment une personne arrêtée  peut-elle être libre de tous mouvements et initiatives, notamment d’entreprendre des discussions de quelque nature que ce soit avec les responsables des services français en charge de la sécurité sociale et de l’assurance maladie.

Comme on peut le constater, Dr Nicole ASSELE reste au chevet de l’Institution qu’elle dirige. Elle multiplie les initiatives et conjugue ses efforts avec le Conseil d’Administration et la tutelle, afin que la CNSS retrouve son lustre et ses équilibres financiers d’antan, dans un environnement socio-économique particulièrement difficile. Toujours est-il que les pensions et allocations familiales sont régulièrement payées aux bénéficiaires et ayants-droit. Le versement des pensions pour le premier trimestre de l’année en cours démarre d’ailleurs ce mardi 5 février 2019.

La ‘’gabegie’’ et les grèves ‘’intermittentes’’ (une seule grève d’une semaine près, en une année, depuis la nomination de Madame ASSELE le 25 août 2017), dont fait allusion le papier (…) de ‘’Matin d’Afrique’’ auraient eu quelques allures si elles étaient étayées par des faits irréfutables.

Il est dès lors clair et établi, pour tous ceux qui avaient encore des doutes, que M. Jonas MOULENDA n’est qu’un vendeur d’illusions, un mercenaire de l’information et ‘’Matin d’Afrique’’, une presse de caniveau. 

Times Infos

Texte : Yanisse Mendome.




error: Content is protected !!
WhatsApp chat