Gabon: Sur les traces d’Averda !

De la propreté de la ville, nous sommes tous responsables. Les société de nettoyage, les habitants et les politiques tout autant. Ce vendredi, Joseph Minko Olenga, directeur administratif Averda Gabon, était sur le terrain. Visite de travail et message conséquent, sur l’étendue des périphériques villes sœurs, Libreville et Akanda, ce 12 février 2017. 

 

«Cette sortie est de faire découvrir aux populations les différentes offres de services qu’a Averda Gabon, ses difficultés rencontrées et parler des projets avenir» a d’emblée expliqué Joseph Minko Olenga. Entre les mairies de Libreville, d’Akanda et la société Averda, aucun nuage à l’horizon. Depuis la signature du contrat, la multinationale est un partenaire de collecte de déchet leader. Balayage, nettoyage, curage de caniveaux (…) et d’emplois aussi.

Depuis 2014, Averda joue cette carte. Qu’il s’agisse de la collectes des ordures ménagères, des déchets solides et de leurs transport, dans la ville ou dans les zones sous intégrées. Ainsi que du balayage manuel et mécanique avec des engins spécialisés. Elle s’occupe du nettoyage de toutes les plages, mais également celui des lits de rivières, des embouchures,des canaux, des bassins versants et du récurage des caniveaux. Sous la responsabilité d’un superviseur, les équipes travail jour et nuit , 24h sur 24, De façon manuel ou à l’aide des engins selon la tâche à effectuer.

Cependant, il ne peut n’y avoir de beaux ou vilains quartiers. La propreté étant la vitrine d’une habitation, d’une ville. Si la société Averda fait de notable efforts dans le maintien de la propreté, il n’y aura pas de résultats durables sans une participation de tous. Jeter les déchets n’importe comment, dégrader les bacs à ordures, ne sont pas de bon comportement à avoir. Habitants, de votre côté aussi (…) sachez rendre la tâche facile à Averda.

D’un tout autre calibre, celui des perspectives, l’administrateur ne mâche pas ses mots «Chaque évolution dans ce domaine conduit à la fermeture de la décharge, ici celle de Mindoubé. A l’application des Procédés aux techniques sanitaires d’enfouissement des déchets et à la construction d’un éco-pôle. Bien sure si les autorités gabonaise nous sollicitaient à cet effet» a t-il dit.

C’est une question d’hygiène publique, elle nécessite des réponses positives … Au plus haut niveau.

Nathan Moore




Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
WhatsApp chat