santé au gabon @timesinfos2

Le Samu Social Gabonais se dote d’une couveuse spéciale et d’un défibrillateur !

C’est dans les locaux du Samu Social gabonais sis au quartier derrière la Prison, situé dans le 2ième arrondissement de Libreville, que le premier responsable de cette structure, le docteur Wenceslas YABA nous a présenté ce jeudi 26 juillet un don composé essentiellement d’une couveuse spéciale et d’un défibrillateur.

«Je suis très ému car, c’est la première fois que nous disposons d’une  couveuse mobile dans notre pays», nous confiait le directeur général du Samu Social. En effet, il s’agit d’une dotation inédite faite à l’endroit de l’équipe du Dr YABA. Grâce à ce don, le Gabon se voit hisser au rang de premier pays d’Afrique noire ayant une ambulance médicalisée contenant  en son sein une couveuse mobile.

Ce geste hautement salutaire vient résoudre un véritable problème posé par la société  nationale de néo-natalogie qui indique clairement que  40% des enfants qui quittent la maison pour l’hôpital en prenant des moyens usuels notamment taxis ou véhicules personnels, trouvent la mort en cours de route. C’est donc dire que cet appareil ultra moderne va contribuer à  la réduction du taux de mortalité des enfants âgés de 0 à 30 jours.

Toujours d’après les explications du docteur, «cette ambulance est dotée d’une couveuse, d’un défibrillateur, d’un scope et d’un médecin. De plus, sa spécificité est qu’elle se régule elle-même. C’est-à-dire que l’enfant se trouvant à l’intérieur peut discuter avec le médecin qui l’accompagne, car elle lui fournit des informations nécessaires telles que la température exacte de l’enfant. Elle a également la possibilité de le faire d’elle-même, et grâce à l’écran tactile inclu, le médecin rentre en possession de toutes ses  données sur l’évolution de l’enfant et lui a son tour, pourra transférer à son collègue qui l’attend dans une structure hospitalière».

Outre la couveuse, il y a aussi le défibrillateur qui est un instrument tout aussi important car il a sa partition à jouer. Il réduit aussi de manière significative le  taux de mortalité dans le cadre des soins que l’on peut administrer à quelqu’un qui fait un arrêt cardiaque sur le chemin de l’hôpital ou même dans le cadre de ses patrouilles de proximité. Mais, surtout, il faut dire que tout cela est le fruit d’une coopération avec le Samu Social France.  En effet, le SSG  toujours dans le cadre coopératif a envoyé  cinq médecins en formation du côté de l’hexagone.

Enfin, le médecin en chef de cet organe invite les populations à composer le numéro vert gratuit qui est le 1438. M. YABA porte très haut la vision des plus hautes autorités, en tête desquelles le chef de l’État, qui est de servir et d’être le plus proche possible des plus défavorisés. Et c’est à juste titre que les populations s’accordent à saluer le travail abattu jusqu’à aujourd’hui par ces personnes nuit et jour. La crise financière sans précédent que rencontre le Gabon actuellement, nous  conforte dans l’idée selon laquelle l’État doit fournir plus de moyens car les grandes structures hospitalières ne peuvent pas toutes nous soigner.

TIMES INFOS 

Par Kaissy BEKALE.

 




error: Content is protected !!